6 OCTOBRE : THEÂTRE SALLE DES FÊTES

VENDREDI 6 OCTOBRE SALLE DES FÊTES DE SAUTERNES

THEÂTRE :ET L'HOMME CREA DIEU !!!!

La genèse de la pièce 7 janvier 2015. Un commando d’extrémistes islamistes massacre douze personnes en attaquant les locaux du journal Charlie Hebdo.

9 janvier 2015. Un autre extrémiste islamiste tue quatre personnes dans un supermarché cacher, à Paris.

11 janvier 2015. Dans la France entière, des millions de citoyens descendent dans la rue pour affirmer Je suis Charlie, pour dire non à la violence terroriste et revendiquer le droit de vivre ensemble dans une société apaisée.

Et l’homme créa Dieu est né de ce violent chaos, de la volonté du comédien Éric Sanson et de son complice Jean-Pierre Gauffre, journaliste, auteur et humoriste, de réagir à cette barbarie exercée au nom de Dieu.

Mais comment parler de religion dans ce contexte conflictuel, déchiré, clivant au possible ?

Jean-Pierre Gauffre a pris le problème d’une manière qu’il cultive depuis près de trente ans,

celle de l’humour loufoque et décalé, et surtout pas frontal.

Aucune religion n’est citée dans la pièce, le terme même n’est jamais prononcé par les personnages. Et pourtant, tout est transparent, limpide. Grâce à l’idée originale d’avoir transposé l’intrigue à la Préhistoire – une Préhistoire, certes, pour le moins fantaisiste –, période à propos de laquelle on peut évoquer croyances, superstitions, interrogations face aux éléments naturels, voire prémices de cultes, mais pas les religions monothéistes telles que nous les connaissons depuis quelques millénaires. On peut dire pourtant qu’elle en contient déjà, en ferments, la plupart des futures composantes.

Flyers image 1Flyers image 2

A l’arrivée, cela donne une réflexion drolatique sur Dieu et les hommes, mais aussi, et peut-être surtout, sur la manipulation des masses, sur l’ivresse du pouvoir absolu et sur la menace toujours présente des totalitarismes, qu’ils soient d’inspiration religieuse ou laïque.

Le thème est éternel.

Éric Sanson et Jean-Pierre Gauffre ne pensaient évidemment pas qu’il redeviendrait, en France, d’une aussi brûlante et dramatique actualité, un certain vendredi 13 novembre 2015 à Paris, soit huit jours tout juste après la création de la pièce, au Petit Théâtre, à Bordeaux. 

 

×